Cyt - Déliriumhttp://cyt.cowblog.frCowblogfrWed, 21 Oct 2015 21:42:23 +0200180http://cyt.cowblog.fr/muse-imaginaire-3275040.htmlMuse imaginaire pour plaire à mon museau
pour pousser mon stylo
faire virevolter mes mots
avec eux mes idées
qu'elle sache me faire rêver
et son regard aimant
me guidera charmant
vers toutes les voluptés
je veux tant y gouter !

Oh satané espoir
tu vas me décevoir
encore une fois seule
sans savourer mes rales
péniblement posés
sur une nouvelle toile
sale de banalités.
]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3275040.htmlWed, 21 Oct 2015 21:42:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/muse-imaginaire-3275040.html
http://cyt.cowblog.fr/passant-insignifiant-3275039.htmlpassant insignifiantun arbre transparent
à la sève mal léchée
monocycle voyant
et tête camouflée

on ne voit que ton tronc
alors que tu le sais
chacune de tes feuilles
représente une fièreté
mais aujourd'hui le deuil
apparaît ce démon

en vilain lierre t'enlasse
tu trouves ça dégueulasse
pas même interressé
rend tes branches étouffées
et tes doigts lacérés
tombent chacun fanés

tu te débat vaillant
pointant vers le soleil
à genoux suppliant
de te donner l'éveil

et chaque jours tu pries
pourvu que cela cesse
mais ce cerveau impie
laisse venir la sècheresse

]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3275039.htmlWed, 21 Oct 2015 21:34:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/passant-insignifiant-3275039.html
http://cyt.cowblog.fr/ou-etais-je-passee-3274639.htmlOù étais-je passée?Où se cache ma flemme, ma folie ?

Toutes ces grandes émotions qui me serrent la poitrine par bonheur comme par peine ?

Elles savaient bien sortir de mon gros vase de corps et déborder partout.

Mais où est donc mon âme ? Où sont mes métaphores ? Mes traits sur le papier ?

 

Je veux les retrouver.

 

Ils ont dus s’échapper dans un ennui commun, une histoire sans passion où seule la rage surgit par quelques mots de haine que je n’osais écrire par peur de les penser.

 

A quoi ça sert d’aimer si l’on connaît la chute - violente - sur la terre rocailleuse que l’on pensait fertile.

 

Mon stylo glisse sur cette nouvelle feuille, avec lui je jubile de retrouver enfin cette douce sensation que je croyais partie.

 

Je ne veux plus me perdre

 

                                   pour des regards brillants et naïfs et lubriques dans lesquels malgré tout je m’imagine tomber - comme je sais tant le faire – amoureuse comme au premier baiser.

 

Marre des gens blazés, je veux de la passion - de la belle sanglante, plutôt réconfortante – car je suis ravagée par tous ces mauvais bougres se souciant peu de moi qui m’écrasent tour à tour par rouleaux compresseurs me laissant comme une crêpe – sucrée – sur laquelle les moustiques, ces satanés gourmands, se ruent sans réfléchir pour bien me dévorer.

]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3274639.htmlSun, 13 Sep 2015 19:22:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/ou-etais-je-passee-3274639.html
http://cyt.cowblog.fr/les-couloirs-ou-la-magie-des-catas-3254873.htmlLes couloirs ou la magie des catas

En suivant le chemin de paillettes, tu verras des miroirs.

Perdu dans le cellier, ces mêmes paillettes te mèneront à la salle des reflets.

Seulement, les passages pailletés, bien que magnifiques, ne sont pas les plus amusants.

Il me plait de commencer le trajet par un passage étroit. La chatière de vingt mètres à l’entrée est idéale pour commencer une bonne soirée. Arrivés à la salle KCP, les sculptures de pierre rappellent que le plus dur est déjà passé.

Ton périple pourra te mener sur des pistes glissantes. Obligé de déraper sur le sol argileux, tu vas bien t’éclater.

Ce sol, à force du passage des gens et de l’eau peut s’affaisser par endroits. Si par endroits il devient un rail pas plus large que tes pieds, tu devras slalomer avec agilité dans cette étroite tranchée. Mais ne t’inquiètes pas, c’est pas plus dur que ça.

Finalement ou presque, un long couloir, aux rondeurs amicales, te fera avancer suivant ses formes courbées. Les virages Sont comme des formes humaines. Après avoir dépassé sa taille, ses fesses, ses jambes, tu arriveras à ses pieds. Pas de bol, il a lassé ses chaussures, la sortie est fermée. Plus qu’à faire demi-tour et avancer de son mieux jusqu’à l’autre bout, la sortie, l’entrée.

Une mécompréhension du beau plan paginé peut te faire affronter le plafond bas d’une galerie où même tes jambes mouillées ne peuvent se déplier. Même pas obligé de l’emprunter, tu devras retourner en sens inverse. C’est avec courage que tu feras de nouveau ce passage sportif.

Après avoir trimé pendant des heures, tu sortiras par là ou tu es entré. Le dernier couloir est assez intense. Beaucoup plus large ce tunnel te montre, de part et d’autre, la lumière du jour que tu n’as pas vu se lever. Les rails désaffectés rythment tes pas. Tes yeux s’habituent graduellement à la lumière qui augmente doucement au fur et à mesure que tu t’approches de la sortie. De plus en plus ébloui, tu as de plus en plus de mal à voir quoi que ce soit. Le choc d’une sortie à midi restera gravé dans ta pupille.


]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3254873.htmlWed, 13 Nov 2013 13:21:00 +0100http://cyt.cowblog.fr/les-couloirs-ou-la-magie-des-catas-3254873.html
http://cyt.cowblog.fr/l-horlogerie-du-temps-3254870.htmlL'horlogerie du temps

Une dualité existe dans toutes les choses de la vie. Deux aspects s’opposent : La subjectivité et l’objectivité, le rythme face à la répétition.

L’horlogerie souligne le coté subjectif du temps qui passe contrairement à l’heure que l’on peut tous compter sur nos montres.

Cet exemple dans les tous-terrains n’est pas choisi au hasard. En effet, ces entrailles nous obligent à regarder cette subjectivité qu’il n’est pas toujours évident de percevoir. Ceci à travers l’heure qui, lorsqu’on la regarde, nous surprend toujours.

Lorsque je laisse mes amis visiter et que je fais une horloge, le temps s’arrête et leur retour est toujours inattendu tellement les horloges et moi sommes dans une dimension parallèle.

 

Ainsi, l’horlogerie du temps est installée pour montrer la subjectivité de l’espace temps et par ce fait, aborder la subjectivité présente dans tous les domaines.

]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3254870.htmlWed, 13 Nov 2013 13:08:00 +0100http://cyt.cowblog.fr/l-horlogerie-du-temps-3254870.html
http://cyt.cowblog.fr/la-religion-3253930.htmlLA RELIGIONMensonge Pour idiots ou message sauveur ?


http://cyt.cowblog.fr/images/catacombes/priere.jpg

            De nos jours, la religion n’est pas peinte de son plus beau profil. Trop vieille, elle ne se remet pas au goût du jour. L’action passée de certaines églises à su décourager les jeunes d’y adhérer confondant institution et croyance.

 

            Seulement, lorsqu’on discerne bien les deux, la religion prend un autre aspect :

            D’un coté, les érudits, qui réfléchissent et donnent des idées, des rêves, des morales, des histoires. Celles-ci nous aident à accepter les maux que notre sort d’humains sensibles nous oblige à subir.

            De l’autre, il y a les extrêmes ceux qui contrôlent, qui gèrent l’entreprise de leur religion. Ils suivent tous les rites à la lettre sans se préoccuper de leur signification. Ils pourraient aller jusqu’à l’acte de folie pour parvenir à leurs fins même si ça les pousse à aller à l’encontre des sages philosophies issues de ces mêmes religions qu’ils prétendent défendre.

            Sauf pour les extrêmes idiots, qui appartiennent à une religion sans même savoir pourquoi et se font laver le cerveau, je crois en la religion salvatrice.

 

            Nombre de fois, la religion m’a permis d’accepter des souffrances personnelles si classiques à la vie. Ayant la chance d’avoir une mère catholique et un père juif, je n’ai jamais eu à m’enfermer dans des rites obligatoires et spécifiques.

Mais, ne vous méprenez pas, je ne suis pas contre les rites, bien au contraire, je les adore! Si on y met du sien, que l’on se convainc bien, ce sont ces actions stupides qui nous aident dans les moments les plus durs. Aller à un enterrement avec un prêtre ou un rabbin, en famille ou entre amis, allumer des bougies chaque année ou chaque jour. Cette spiritualité quelque part nous rassure.

Bien que de grandes découvertes aient été réalisées, nous ne pourrons jamais tout expliquer par la science. Alors à quoi bon ne jurer que par elle ! Bien entendu, elle est passionnante par son coté en apparence objective, avec tous ses calculs.  Mais ne vous méprenez pas, la science, elle non plus, n’est pas exacte. Elle est issue, tout comme la religion, de théories absurdes. Seulement, contrairement à la religion, elle cherche à les démontrer. Mais par quels moyens ! En effet, la science n’est pas une vérité absolue et rien n’empêche qu’à tout moment, un nouveau théorème retourne toutes les théories jusque là acceptées par tous. Ne pensions nous pas que la terre était plate avant Eratosthène ?

 

C’est pourquoi j’accepte et je recommande la dimension « magique ». Rien ne nous empêche d’imaginer qu’il y a plus ! C’est en imaginant que certains scientifiques ont pu démontrer des théories folles que personne ne croyait.

Alors, j’ai décidé de ne pas arrêter de croire. Pas en un dieu unique, ça paraitrait restrictif et idéaliste de penser qu’une seule personne métrise tout sans déléguer, même les rois n’étaient jamais vraiment seuls à Reigner ! Aujourd’hui, je dis place au rhizome ! Avec internet, chacun est un point de la même valeur dans un réseau qui englobe le monde entier. La jonction de deux points crée une connexion, comme dans le cerveau. Dieu aurait donc comme cerveau la terre avec tous ses habitants (climat, faune, flore, géologie et autres..) et chaque habitants qui communique crée une liaison en plus comme un neurone débloqué. Plus les liaisons sont nombreuses, plus le cerveau est puissant. Mais attention à ne pas trop en faire que dieu ne devienne pas autiste. Cela dit, ceci n’est qu’une seule théorie parmi tant d’autre et qui n’engage personne, même pas moi.

Ce à quoi je vous engage par contre et j’ose vous y engager par l’expérience que j’ai dans l’aide des êtres sensibles et souffrants, c’est d’oser vous référer à des textes sacrés ou des pratiques mystiques issues de religions. N’oubliez surtout pas que si les religions ont autant de succès, ce n’est pas un hasard, c’est que ça aide vraiment ! Car l’homme a deux aspects : la raison et la passion.

            L’une réfléchit de manière logique et organisée pendant que l’autre agit à l’instinct, elle est plus subjective mais pas forcément fausse. Ainsi, la raison, c’est avoir les pieds sur terre, pouvoir tout justifier alors que la passion, c’est être subjectif ne rien chercher à justifier pourquoi, parce que. Le carré contre la spirale. L’objectivité, la mesure contre la subjectivité qui varie selon chacun. Certains vont l’exprimer par des religions, d’autres croient au hasard, d’autres ont juste quelques aspects mystiques, certains le renieront même ! Car nous ne somme pas tous des clones et nous n’avons pas tous le même ratio raison/ passion.

Cela dit, quel que soit le ratio, je n’ai jamais vu quelqu’un qui ne soit pas soulagé par la flemme d’une bougie après un décès. On ne peut que ressentir une sorte de communication avec l’au-delà comme une connexion directe à l’âme de la personne perdue. Quelques mots dans la tête transportés par la flemme et leur cœur est tout de suite soulagé d’un fardeau, de ces dernier mots qu’il n’avait pas pu dire avant qu’il soit trop tard.

 

            Ainsi, la religion au sens traditionnel avec des dieux spécifiques est peut être dépassée. Cela dit, ses morales et ses traditions ont su prouver leur efficacité. Il paraitrait stupide d’y renoncer totalement juste parce que certains sont un peu trop extrêmes et sectaires. Je préconise à chacun de trouver des morales ou il peut en trouver, des rites à droite à gauche pour pouvoir gérer comme il le souhaite son ratio mystique face à son ratio raison.



]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3253930.htmlFri, 01 Nov 2013 15:19:00 +0100http://cyt.cowblog.fr/la-religion-3253930.html
http://cyt.cowblog.fr/monocycle-3253360.htmlMonocycleJ'ai récemment réalisé qu'il n'y avait qu'une illustration de monocycle sur le blog, il fallait que ça change!
http://cyt.cowblog.fr/images/cirque/P1020810.jpg
http://cyt.cowblog.fr/images/cirque/P1020814.jpg

http://cyt.cowblog.fr/images/cirque/P1020812.jpg

]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3253360.htmlFri, 25 Oct 2013 13:40:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/monocycle-3253360.html
http://cyt.cowblog.fr/equilibre-colorimetrique-3253358.htmléquilibre colorimétrique http://cyt.cowblog.fr/images/archidelire/P1020803.jpg
http://cyt.cowblog.fr/images/archidelire/P1020800.jpg
http://cyt.cowblog.fr/images/archidelire/P1020806.jpg
http://cyt.cowblog.fr/images/archidelire/P1020815.jpg


]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3253358.htmlFri, 25 Oct 2013 13:31:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/equilibre-colorimetrique-3253358.html
http://cyt.cowblog.fr/josie-la-bougie-serpent-3253135.htmlJosie : la bougie serpentAujourd'hui, josie m'a dit bonsoir.

Après l'avoir lavée, j'ai allumé sa flemme.
La mèche noire et usée s'est alors réchauffée.
Une forme soudain surgît dans la pièce sombre.


http://cyt.cowblog.fr/images/josielabougie/P1020772.jpg
Non, ce n'était pas une de ces flemmes timides;
Et qui cherche à s'éteindre à la première brise!
C'était bien un serpent qui se dandinait la.

http://cyt.cowblog.fr/images/josielabougie/P1020769.jpg
http://cyt.cowblog.fr/images/josielabougie/P1020782.jpg
Même peut être un dragon, mais du genre gentil,
qui, du bout de ses flemmes, de ses lèvres brulantes
Sussure à mon oreille des mots à peine audibles,
On ne peut les entendre que lorsqu'on est tous seuls,
Tous les deux face à face, en s'écoutant très bien.




http://cyt.cowblog.fr/images/josielabougie/P1020780.jpgSur le rythme endiablé de cette curieuse musique,
Nous dansons toute la nuit, nous disons nos secrets.
Les plus intimes surtout! Le serpent est bavard!


http://cyt.cowblog.fr/images/josielabougie/P1020787.jpg

Il suffit que jme tourne pour écrire un poème
Pour qu'il vienne me parler et réchauffer mes sens.
C'est une drôle de rencontre pour une étrange soirée.



]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3253135.htmlMon, 21 Oct 2013 23:18:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/josie-la-bougie-serpent-3253135.html
http://cyt.cowblog.fr/recit-de-voyage-a-amsterdam-3252703.htmlRécit de voyage à Amsterdam
Ambiances de rues

http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/ruepsyche.jpg

http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/facadespenchees.jpg



Ambiances de coffees


http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/lonelycoffee.jpg

http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/regardpsyche.jpg

http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/clowdycoffee.jpg



Ambiance de redescente

http://cyt.cowblog.fr/images/amsterdam/redescente.jpg


Récit de voyage

Voyage sans péril, arrivée tout de même laborieuse, à 6h du matin à Amsterdam. Le hasard, le destin ou la volonté nous mène dans un café. Coffee shop de son nom officiel, ici, pas de petit déjeuner, le service offre juste pétard, café. Parfaite arrivée pour une parfaite journée dans une capitale adorée des étrangers.

Quelques minutes ou quelques heures ont passé avant le repas tant espéré. Le festin anglais embaumé de fumée nous transporte dans une euphorie si classique à la ville…

La pense bien garnie, les voyageurs partent en vadrouille affronter l’hiver d’une ville si haut placée dans le gobe. La fumée montant, nous observons…  Brique, brique, brique… Les façades penchées de brique nous susurrent à l’oreille l’histoire des rues qui les entourent, des gens qui les habitent ; qui les empruntent à vélo… Vélo, grand sujet de la ville d’Amsterdam. Fous furieux sont les vélos qui foncent sur les voies pavées, bousculant les piétons un peu dans la lune. Nous, perdus dans cette foule incompréhensible, même le tramway cède le passage aux piétons/ vélos. Nous sommes dépaysés.

La troupe avance doucement lorsque soudain, le général hiver donne un coup fatal. Le replis deviens obligatoire. Retour au point de départ. Ou plutôt, au nouveau point de départ : autre ambiance, autre weed, autres pétards, autres fous rires, autre vadrouille. Ainsi, les journées s’enchainent. Nous n’oublierons pas les moments de fringale, tout aussi typiques que les moments d’euphories  qui les précèdent. Les sandwichs au hareng marinés fondent dans nos bouche à l’heure du déjeuner et les frittes au gouter.

Malgré la fermeture occasionnelle et malchanceuse des musées, la ville d’Amsterdam est affrontée en beauté.

Lors d’une errance hasardeuse, en soirée, les pavés rouges du quartier du même nom viennent sous nos pieds. A première vue, que des hommes aux alentours. Soudain la lumière rouge d’une vitrine jaillit. A l’intérieur, une femme dénudée et qui cherche à nous séduire pour gagner sa soirée. Un peu rougissants, nous continuons notre chemin. Une lumière intense nous pousse à tourner à droite. Une ribambelle de vitrines ornées de néons rouges nous regarde, jonchées dans la rue, abritant des femmes. Une tonne de femmes plus ou moins séduisantes. Les étrangers s’aventurent dans cette mystérieuse ruelle. Tant de regards de femmes posés sur nous, toutes nues à nous sourire. Un instant de bonheur nous parcoure. Seulement la rue est déjà finie. Plus de sourires, que des hommes frustrés qui arpentent les routes en quête du meilleur rapport qualité/prix (beauté/prix). C’est la que l’on ressent le froid dans le dos après le sang chaud de la rue précédente. Ces mecs dégueulasses allaient goûter au pécher de ces femmes délicieuses. On se dit que pute ce n’est pas un super travail. Même si à chaque vitrine que l’on croise, nos cœurs secrètement pensent le contraire.

Après ce doux week-end, viens le moment du retour. Ainsi, les vadrouilleurs, les sous vêtements remplis de vert, doivent prendre le bus à minuit.

La descente vers la France est aussi difficile que la ballade fut agréable.



]]>
http://cyt.cowblog.fr/commentaires-3252703.htmlTue, 15 Oct 2013 15:43:00 +0200http://cyt.cowblog.fr/recit-de-voyage-a-amsterdam-3252703.html